L’association pour la Jeunesse et la Paix

SCROLLER POUR DÉCOUVRIR

Latifa Ibn Ziaten
Latifa Ibn Ziaten
À propos
« Je dois rester debout pour la mémoire de mon fils »
Latifa Ibn Ziaten
Latifa Ibn Ziaten est la mère d’Imad, le parachutiste de l’armée française assassiné par Merah à Toulouse. Depuis le drame, elle se rend dans les collèges de France, faisant de son chagrin une force pour transmettre un message de tolérance et de lutte contre le fanatisme. Des professeurs l’appellent pour les aider à faire face aux interrogations de leurs élèves qui disent leur mal-être. De débat en débat, elle répond avec conviction à ces jeunes gens, aux parents, à tous ceux qui se sentent perdus.
Voir plus
Voir plus
Voir plus
Projet COVID-19 VOL2 : Appel à la solidarité pour aider les familles en difficulté.
Chaque année l’association Imad lance un appel à la solidarité, pour aider les familles qui sont dans le besoin et qui parfois sont dans une situation dramatique.
Voir plus
Voir plus
Voir plus
Hommage des 10 ans des attentats terroriste de Toulouse et Montauban à M'Diq au Maroc
Une grande Course des Jeunes pour la Paix a été organisée en hommage à Imad, qui était très sportif et pratiquait notamment la course.
Voir plus
Voir plus
Voir plus
Solidarité pour aider les réfugiés à Calais !
Ce fut une journée riche en émotion, qui nous a tous particulièrement marqués. Ils gardent le sourire, gardent espoir, malgré les conditions de vie.
Voir plus
Voir plus
"Ma douleur est devenue un combat et une force au service de la jeunesse de France"
Latifa Ibn Ziaten
Notre dernière intervention
Intervention grand public à Rignac
Latifa Ibn Ziaten
Pour la deuxième conférence, Madame Ibn Ziaten est intervenue dans la soirée du jeudi 19 mai, en présence de Monsieur le Maire, des professeurs des élèves qui étaient présents dans la conférence du matin et de certains parents qui sont venus voir et m'écouter Latifa parce que leurs enfants leur avaient parlé de mon intervention du matin. « J'ai commencé par me présenter. Ma mère a divorcé lorsque j'étais toute petite. Avec ma mère, mes trois frères et ma sœur, nous sommes partis vivre en Espagne. A l'époque, ce n'était pas bien vu de divorcer, il fallait "se cacher". Ma mère avait beaucoup de courage et a travaillé très dur toute sa vie. Nous n'avons jamais manqué de rien et surtout pas d'amour. Elle travaillait le soir dans une usine de poissons et la journée, elle s'occupait de nous. Malheureusement, elle est tombée malade et n'a pas voulu aller à l'hôpital car elle ne voulait pas nous quitter. J'avais 9 ans quand ma mère est décédée et mon père, qui vivait au Maroc, nous a récupérés. Mais il ne voulait pas que ma sœur et moi allions à l'école. Sa nouvelle femme voulait nous utiliser comme bonnes à tout faire. Je n'ai pas accepté cette situation. A 10 ans, j'ai donc démarré mon moteur et j'ai pris le bus, toute seule, pour rejoindre ma grand-mère chez qui je suis allée vivre. Elle m'a apporté beaucoup d'amour. Elle m'a dit qu'elle me donnerait tout ce qu'il faut, même si cela ne remplace pas l'amour d'une mère. Elle m'a tout appris, la langue arabe, le respect, les valeurs, le partage… J'avais 16 ans quand j'ai rencontré mon mari. Un vrai coup de foudre… Nous nous sommes mariés. Il vivait et travaillait en France. Alors à 17 ans, j'ai quitté le Maroc pour le rejoindre en France. C'était difficile pour moi car il y avait la barrière de la langue. J'ai quitté mes frères et sœurs et j'ai quitté ma grand-mère. J'ai beaucoup pleuré et ma grand-mère m'a demandé pourquoi tous ces pleurs. Elle voulait savoir si j'avais peur des Français. Mais je n'avais pas peur, ce qui me faisait peur, c'est comment dialoguer, comment comprendre et me faire comprendre. Alors ma grand-mère m'a dit que le regard était très important, et de toujours sourire, et que cela se voit dans les yeux et dans le cœur. Et c'est ce que j'ai fait. Je suis donc arrivée en France et j'ai rencontré des personnes qui m'ont ouvert les bras, qui m'ont aidée, mais parce-que je suis allée vers eux. Je voulais tout savoir de la femme française, connaître ses valeurs, sa culture, la musique, la façon de s'habiller. Cela m'intéressait beaucoup. Je me suis donc adressée à un Centre Social que j'ai fréquenté pendant plusieurs années. J'ai appris à parler le français, à l'écrire, à devenir autonome... Aujourd'hui, j'ai l'impression de ne pas retrouver la France d'alors. Il me semble que les Français sont plus divisés, plus méfiants, moins ouverts. Certaines personnes aujourd'hui n'ont pas la chance que j'ai eue à l'époque. Ne nous voilons pas la face, nous avons créé nous-mêmes des Merah en enfermant les gens entre eux, parce que nous avons fait des quartiers fermés, parce qu'il n'y a pas de mixité dans les écoles, parce que nous ne donnons pas les mêmes chances à ces jeunes. Ils doivent toujours "faire plus" que les autres… »
Voir plus
Voir plus
Latifa Ibn Ziaten
Témoignages à l’association
À l’occasion du 23ème anniversaire de l’accession de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, j'adresse mes sincères félicitations et mes meilleurs vœux de santé et de bonheur à Sa Majesté le Roi.
Mes vœux s'adressent également à la famille Royale et à tout le peuple marocain. https://t.co/HF8Q35tdmS
LatifaIbnZ photo
Aujourd’hui est l’anniversaire d'Imad. C’est un jour difficile pour ma famille et moi même. Il est à jamais dans nos cœurs.
Le souvenir de son sourire, sa bonne humeur, ses éclats de rire ne s’effaceront jamais.
Je continue à rester debout pour honorer ta mémoire.
Je l'ai promis. https://t.co/mRGE5QeBK3
LatifaIbnZ photo
Très heureuse d’avoir échangé avec M.Philippe Truquet,
Consul général de France 🇫🇷 à Tanger 🇲🇦.

Nous avons beaucoup parlé de nos projets respectifs, notamment ceux que je mène au quotidien pour la jeunesse. Je tiens à la remercier du fond du cœur pour son accueil chaleureux. https://t.co/J8McZ2xAGW
LatifaIbnZ photo
En ce jour, rendons hommage et gardons en mémoire le Père Jacques Hamel, assassiné par des terroristes dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Mes pensés émues pour sa famille et ses proches. L’obscurantisme ne nous séparera pas, nous le combattrons ensemble. https://t.co/aqYGcHn5ev
LatifaIbnZ photo
Ça me fait chaud au cœur de lire tous vos messages de soutien et cela m’encourage à continuer mon combat pour la paix. Merci 🙏🏽.

C’est l’occasion pour vous souhaiter une belle semaine à toutes et à tous 💕. https://t.co/hYuLJadbzh
LatifaIbnZ photo
Les flambées de haine, elles, sont vraies et concrètes. C’est partout qu’il faut combattre l’ignorance et l'intolérance.
Ensemble dans le même combat, dans la fraternité, il faut combattre la haine à tous les niveaux de la société.