Intervention à la maison d’arrêt d’Aurillac
Le 16 octobre 2019
Facebook de Latifa Ibn Ziaten Twitter de Latifa Ibn Ziaten Mail de Latifa Ibn Ziaten
Dans le cadre de l’engagement de madame Ibn Ziaten pour le vivre-ensemble, Latifa est intervenue jeudi 16 octobre au matin à la maison d’arrêt d’Aurillac, lors d’une conférence organisée par l’association Accent Jeunes. « Après la diffusion du documentaire « Latifa, une femme dans la République », les détenus ont pu poser leurs questions ; un échange s’est construit notamment autour de la famille. Il est très important de respecter ses parents, de les écouter, de profiter des moments passés ensemble pour échanger avec eux. Cette indispensable communication entre les générations permet aux enfants, lorsqu’ils seront devenus à leur tour parents, d’éduquer à leur tour leurs enfants en leur permettant de s’épanouir dans un climat de confiance. »
« Les échanges ont continué notamment sur les conditions de détention et les rapports entre surveillants pénitentiaires et détenus. Le respect de l’autre est primordial : nous devons accepter nos différences et veiller à ne pas infliger des blessures parfois irréparables. Certains ne laissent rien paraître alors qu’ils sont profondément touchés. Soyons attentifs les uns aux autres, dans le respect mutuel. Nul ne doit porter atteinte à la dignité de l’homme : une personne qui n'a pas confiance ou a perdu confiance en elle peut vite tomber dans les travers de pratiques extrémistes. L'influence va plus loin une fois qu’un jeune pense avoir trouvé le chemin, sinon du bonheur, du moins d’un mieux-être : il se sent redevable et porté à répondre aux demandes ou aux ordres de celui entre les mains duquel il a remis son sort dans un moment de faiblesse. Durant mon intervention, j’ai repéré dans la salle un jeune homme très discret, au regard fuyant. J’ai demandé à pouvoir m’entretenir avec lui individuellement. Le jeune homme m’a fait part du sentiment de rejet, d’exclusion qu’il éprouve en France. J’ai pu lui exposer mon ambition d’une France fraternelle et cosmopolite, où chacun aurait sa place. Il m'importe de transmettre mon message à tous et ce fut un grand moment de dialogue et de partage. Je remercie vivement pour son accueil l’équipe pénitentiaire de la maison d’arrêt d’Aurillac. »